PRINTEMPS: AVEC LES FLEURS ET LES ARÔMES, NOUS RENCONTRONS AUSSI… L’ASTHME BRONCHIQUE!

εξέταση γιατρός Πειραιάς YODA νοσηλία χειρουργείο

Printemps: Avec les fleurs et les arômes, nous rencontrons aussi… l’asthme bronchique!

Une des plus belles époques de l’année, le printemps est le précurseur de l’été, mais de plus en plus nombreux parmi nous sont ceux pour qui c’est la saison des troubles créés par l’asthme bronchique.

Dr. Georgios I. Tasopoulos MD, PhD, Pneumologue – Intensiviste et Responsable scientifique du Service de Pneumologie de l’Unité d’hospitalisation de jour YODA, partage quelques informations utiles à propose de cette pathologie, en remarquant que l’asthme bronchique est un problème complexe à plusieurs facteurs, qui n’impose pourtant aucune restriction à l’activité physiologique du patient et n’entrave pas la qualité de sa vie, à condition du diagnostic précoce, de la thérapie appropriée et du suivi régulier par un spécialiste pneumologue.
L’asthme est une maladie chronique du système respiratoire qui suscite une inflammation et une sténose des bronches (conduits par lesquels l’air est introduit aux poumons). À l’échelle mondiale, elle représente un problème de santé dont environ 300.000.000 personnes souffrent. Dans notre pays, on estime à environ 500.000 le nombre de personnes atteintes (enfants et adultes).

La plupart des cas de l’asthme sont de forme extrinsèque ou intrinsèque.

La forme extrinsèque se manifeste chez les enfants et peut être causé par des facteurs tels que la poussière, les poils de chat, les acariens domestiques, le tabagisme des parents, la pollution atmosphérique etc.

La cause de l’asthme intrinsèque est inconnue.

Les autres formes de l’asthme:

  • L’asthme d’effort (manifestations des difficultés respiratoires, de la toux ou du stridor)
  • L’asthme professionnel (se manifeste chez les professionnels exposés à la poussière ou aux gaz)
  • Et l’asthme nocturne (se manifeste par les symptômes qui apparaissent pendant la nuit)

L’asthme se manifeste par une difficulté respiratoire, une toux, un stridor, une “respiration sifflante” ou des “chatons” que nous connaissons tous, ou par plusieurs de ces symptômes simultanément.

Les causes de l’asthme bronchique sont les suivantes :

  • Infections respiratoires diverses (par exemple: rhumes, grippe etc.)
  • Substances provoquant l’allergie (par exemple: pollen des fleurs ou des arbres, mycoses, poussière domestique, poils, médicaments, produits laitiers, mollusques etc.)
  • Facteurs psychologiques (par exemple: joie, chagrin ou stress intenses)
  • Facteurs environnementaux (par exemple: pollution atmosphérique)
  • Facteurs professionnels (par exemple: exposition à des polluants sur le lieu de travail), qui provoquent une forme spécifique de l’asthme, appelée asthme bronchique professionnel.

Le diagnostic de l’asthme se fait en fonction de l’historique médical et des symptômes du patient, mais aussi en fonction de la réaction à la thérapie proposée par le Pneumologue.

Cependant, le pneumologue constate souvent le besoin d’effectuer les examens suivants qui contribuent au diagnostic de l’asthme:

La spirométrie : le fonctionnement des poumons est mesuré pour évaluer le flux d’air dans ces derniers. C’est l’examen le plus approprié pour le diagnostic, le suivi et le choix de thérapie de l’asthme bronchique.
La fluxométrie : le fluxomètre mesure le flux d’air maximal que le patient peut faire sortir en une expiration dynamique. Les fluxomètres peuvent être analogiques et électroniques et sont principalement utilisés pour le suivi de la fonction respiratoire à domicile, notamment chez les patients avec un asthme difficile à traiter.

Le test de stimulation : la substance à inhaler est administrée au patient en doses croissantes, afin d’enregistrer la réaction (bronchospasme) du système respiratoire du patient à la substance donnée. En fonction du résultat, le médecin définit les conclusions utiles qui contribuent à établir le diagnostic ou à exclure la probabilité de l’asthme.

Le test d’effort évalue l’impact de l’effort physique sur le fonctionnement des poumons.

Examen d’allergie:

Il se fait par des tests cutanés, ou par des analyses du sang spécifiques.
Cet examen est utile pour détecter les facteurs d’irritation probables qui aggravent l’asthme (par exemple: poussière domestique, acariens, pollen, etc.). En les connaissant, le patient peut les éviter.
La thérapie de l’asthme bronchique se fait avec les médicaments bronchodilatateurs ou antalgiques administrés quand les symptômes se manifestent, et avec les médicaments préventifs, administrés dans les intervalles entre les crises asthmatiques et visant la prévention de nouvelles crises.